Les meilleurs casino sur internet 2018

La rémunération des croupiers

Précisons leur mode de rémunération

Le mode de rémunération du personnel de tables repose sur un système de coefficient appliqué pour partager les pourboires recueillis sur chaque table durant le mois. Calculé à partir d’une clé de répartition, le montant attribué à chaque employé est comparé à la grille de revenu national minimum. L’employeur procède au complément du salaire à la fin du mois seulement si les pourboires partagés ne permettent pas d’atteindre ce revenu mensuel minimum. Le salaire minimum mensuel garanti de chaque croupier varie selon sa qualification et la convention collective de son entreprise, mais en général se limite entre 1550€ et 2620€.

D’autre part, leur corporation est généralement payée en pourboire ou à partir de la cagnotte, et c’est la seule qui gagne d’autant plus d’argent que l’employeur en perd. En effet, la rémunération des croupiers est tributaire du bon vouloir des clients, or, ceux-ci ne versent leur contribution aux personnels que lorsqu’ils gagnent, c’est-à-dire, quand le casino perd. Il est d’usage international que les joueurs laissent une partie de leurs gains aux employés, les frais salariaux assumés par l’employeur étant très modestes, voire nuls au cas où les pourboires suffisent à couvrir les revenus à la fin du mois.

Le revenu des croupiers peut diminuer, mais pas leur rythme

Au cours des dernières années, la baisse de popularité des jeux traditionnels n’a cessé de mettre à diminution le salaire de cette catégorie d’employés. La montée des machines à sous dans les casinos en est responsable, et la rémunération des croupiers est victime de ce bouleversement. L’image des joueurs richissimes lâchant, dans des fumées de cigares, des pourboires après d’interminables parties de jeux, laisse penser que les croupiers gagnent très bien leur vie. Or, c’est loin d’être la réalité. Bon nombre de joueurs ont déserté les salles de jeux traditionnelles.

Qui dit baisse de l’activité, dit baisse de pourboires et donc baisse de la rémunération des croupiers. Pratiquant des horaires de nuit, leur temps de travail est conclu par la convention collective et va généralement de 38 à 42 heures. Ils travaillent de 5 à 6 jours par semaine, entre 06 à 10 heures par jour. La fin de leur service est déterminée par l’activité du jeu. Le travail à la table de jeu est de 30mn suivi d’une pause pour récupération de 15mn suivant l’activité des tables ouvertes dans la salle. Travaillant la nuit et les jours fériés, il leur reste peu de temps à consacrer à leur famille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *